Mettre en lumière

L'éducation est un puissant outil sans lequel peu d'entre nous atteindraient leur plein potentiel. Dans les camps de réfugiés, très peu de filles ont l'occasion de poursuivre leurs études au-delà du primaire. Sans éducation, ces jeunes personnes n'ont aucune issue.

Mettons en lumière ce que les filles peuvent accomplir si elles surmontent les obstacles auxquels elles font face pour recevoir une éducation dans les camps. Avec votre aide, nous pouvons donner à ces filles les outils dont elles ont besoin pour apprendre, réussir et s'épanouir.

Donnez maintenant!

Vous êtes intéressé-e à organiser une activité de levée de fonds pour Mettre en lumière?  Contactez campus@wusc.ca pour obtenir de l’appui et de l’information. 

Au sujet de la campagne Mettre en lumière

L'EUMC souhaite rendre l'éducation primaire, secondaire et postsecondaire plus accessible dans les camps de réfugiés et réduire l'écart entre les garçons et les filles en matière d'éducation. La campagne Mettre en lumière est une excellente façon de nous aider à rétablir l'équilibre.

Les filles veulent améliorer leur rendement scolaire et rattraper les cours qu'elles ont manqués durant le jour. Lorsqu'on offre des cours de rattrapage dans les camps, ils sont remplis à pleine capacité. Ces cours offerts après les heures d'école normales permettent aux filles de rattraper le temps perdu et de réussir leurs études.

Le Projet d’équité en éducation au Kenya

Nous avons le grand plaisir d’annoncer que l’EUMC, de concert avec Windle Trust Kenya (WTK), a obtenu du financement en vue de poursuivre son travail d’éducation des filles au Kenya. Le Projet d’équité en éducation au Kenya (KEEP) a été l’une des initiatives choisies par le Department for International Development (DFID),

Les comités locaux de l’EUMC et les donateurs individuels ont également joué un rôle colossal en recueillant de l’argent et en sensibilisant les gens pour la campagne Mettre en lumière, En ce moment, la campagne Mettre en lumière se concentre et mets ses fonds pour l’éducation des filles réfugiées au Malawi. 

Pourquoi les filles?

  • 62 millions de filles d'âge primaire ne vont pas à l'école
  • L'écart entre les sexes en éducation est particulièrement important en Afrique subsaharienne, où 23 millions de filles ne vont pas du tout à l'école
  • Dans de nombreux pays africains, seule une fille sur quatre a l'occasion de recevoir une éducation secondaire. Au niveau postsecondaire, on compte deux garçons pour chaque fille
  • Les obstacles peuvent être religieux ou culturels, mais sont habituellement des contraintes simples comme un manque d'enseignants, d'uniformes, de manuels scolaires ou de fournitures hygiéniques

L'éducation : une force positive pour les filles

  • Les filles qui étudient régulièrement et réussissent bien à l'école inspirent leur famille et leur entourage. D'autres membres de la famille profiteront également des lampes pour lire et étudier ou prendront peut-être intérêt à l'éducation.
  • Les filles qui vont à l'école ont de meilleures chances d'éviter le mariage précoce.
  • L'éducation d'une fille réduit considérablement la probabilité que son enfant mourra avant l'âge de cinq ans.
  • Les femmes éduquées ont davantage tendance à avoir des grossesses saines et espacées, ce qui augmente la chance que leurs enfants seront en santé et recevront une éducation.
  • L'éducation d'une fille améliore sa capacité de subvenir à ses besoins et de prendre des décisions éclairées sur sa vie.
  • L'éducation d'une fille lui donne la confiance dont elle a besoin pour voir la valeur de son corps et de sa personne. Cela lui permet d'avoir une opinion sur son bien-être et sur celui de sa famille et de sa collectivité.
  • Les filles éduquées obtiennent de meilleurs emplois comportant des avantages pour toute la famille.
  • L'éducation des filles et des femmes est un investissement sûr, puisqu'elle mène à des revenus plus élevés, à des taux de naissance et de mortalité infantile plus faibles et à une meilleure santé publique

Histoires connexes