Aider les filles à atteindre leurs objectifs pédagogiques au Kenya

Faire un don

Dans le nord du Kenya, les occasions d’accès à une éducation de qualité dans les écoles sont limitées et, dans maintes collectivités, l’appui à l’éducation des filles est très faible comparativement aux garçons. Par conséquent, un grand nombre de filles ont quitté l’école. Même les filles qui fréquentent l’école sont plus à risque de décrocher une fois qu’elles ont terminé l’école élémentaire.

Dans les camps de réfugiés au nord du Kenya, les filles font face à une situation semblable, mais elles ont également leurs propres défis. Les donateurs, les gouvernements et les autres intervenants clés pensent souvent que les situations des réfugiés sont temporaires; cependant, bon nombre des filles actuellement en âge scolaire sont nées dans les camps et continueront à y vivre dans un avenir prévisible. Par ailleurs, davantage de réfugiés arrivent dans les camps, qui sont déjà extrêmement surpeuplés. Dadaab en particulier a connu un afflux de plus de 100 000 réfugiés somaliens depuis 2011.

Ce que nous faisons: 

L’EUMC, de concert avec Windle Trust Kenya (WTK), aidera les filles et les garçons marginalisés dans le nord du Kenya en améliorant l’accès et la qualité de l’éducation dans quatre collectivités cibles (Turkana Ouest, Fafi/Lagdera et les camps de réfugiés de Dadaab et de Kakuma où œuvrent actuellement l’EUMC et WTK). Le projet s’efforcera :  

  • de bâtir des environnements scolaires sans danger pour les filles,
  • de fournir un appui ciblé aux apprenantes, et
  • de générer un appui des parents et de la collectivité en faveur de l’éducation des filles.
Historique: 

KEEP est la plus récente illustration du travail de l’EUMC en éducation des filles. En 2007, l’EUMC a lancé sa stratégie dans les camps pour la programmation des réfugiés, avec trois objectifs principaux :

  1. améliorer l’accès des filles à l’éducation,
  2. améliorer la qualité de l’enseignement régulier et non institutionnel et son accès, et
  3. sensibiliser davantage les Canadiens aux enjeux touchant les réfugiés.

Avec l’appui de la Fondation 60 millions de filles en 2008, l’EUMC et WTK ont pu tester l’initiative d’éducation des filles. Un volet important du projet pilote était les cours de rattrapage. Grâce aux cours dispensés après la classe, les filles ont pu rattraper leurs devoirs, ce qui a haussé leur confiance en leurs capacités. En 2011, l’EUMC a reçu un financement durable pour favoriser nos initiatives dans les camps de la part du Bureau for Population, Refugees and Migration (BPRM) du US State Department

Avec le financement de 60 millions de filles et du BPRM, l’EUMC et WTK ont pu tirer des leçons et bâtir l’assise factuelle nécessaire pour attirer l’appui de donateurs supplémentaires.

Les comités locaux (CL) et les donateurs individuels ont joué un rôle colossal en recueillant de l’argent et en sensibilisant les gens pour la campagne Mettre en lumière, qui fournissait aux filles réfugiées les aptitudes et les ressources nécessaires pour réussir à l’école. De nombreux CL, qui appuyaient déjà le Programe d’étudiants réfugiés, ont compris l’importance de l’éducation des filles et ils ont encouragé l’EUMC à en faire une priorité absolue.

 

 

Le Projet d’équité en éducation au Kenya (PEEK) de l’EUMC est financé par le gouvernement du Royaume-Uni. Le projet sera mis en œuvre conjointement avec Windle Trust Kenya.


 

Financé par :


Funded by UK AID

Histoires connexes