Burkina Faso

Le Burkina Faso fait face à un certain nombre de défis en matière de développement, notamment un analphabétisme généralisé et des difficultés pour répondre aux besoins d’une population rurale, dont 80 % dépendent de l’agriculture pour survivre. La propagation rapide du VIH et du sida a affecté les taux très élevés de morbidité et de mortalité du pays (surtout chez les mères et les enfants). Mais, au cours des dix dernières années, une collaboration étroite entre le gouvernement et la société civile a contribué à prévenir de nouvelles infections au VIH. Le taux de prévalence du VIH au Burkina Faso a chuté de 7,17 % à 1,2 %.

Notre impact: 

L’EUMC est active dans tout le Burkina Faso, en mettant l’accent sur le renforcement des compétences et l’accroissement des ressources entre les partenaires locaux qui s’attaquent au VIH et au sida, ainsi qu’aux problèmes sanitaires connexes. Ce travail comprend des services de prévention, un soutien et un accès à des soins pour les personnes infectées et affectées par le VIH et le sida.  L’EUMC aide aussi les partenaires à mobiliser des ressources pour ceux qui en ont le plus besoin. Nous appuyons les partenaires à mesure qu’ils améliorent la gouvernance de leurs organismes et forment davantage de personnel professionnel.

Depuis que l’EUMC est devenue active au Burkina Faso, une douzaine d’organismes ont accru leurs compétences et ont davantage de ressources pour agir sur les enjeux du développement, avec l’aide de près de 200 volontaires.  Les femmes ont amélioré leurs connaissances et leurs compétences dans divers domaines de soutien. De nouveaux services médicaux, sociaux et de développement économique ont été mis sur pied pour aider les collectivités, tandis que les services existants ont été améliorés. En outre, de nombreux partenariats avec des bailleurs de fonds ont été établis pour appuyer les divers projets de développement dans le pays.

Les partenaires au Burkina Faso appliquent à d’autres problèmes de santé les leçons apprises en luttant contre le VIH et le sida. L’EUMC va de l’avant avec ses partenaires de la société civile pour améliorer la santé des mères, de leurs nouveau-nés et de leurs enfants plus âgés.

Ce que nous apprenons: 

Le gouvernement du Burkina Faso a créé un espace pour les partenaires de la société civile afin de contribuer aux enjeux du développement local. Des organismes de service communautaire ont été capables de répondre aux besoins et de combler les écarts de service parce qu’ils collaborent étroitement avec les gens. Ils sont dévoués à leur travail, mais ils doivent également accroître leur capacité en vue de poursuivre ces programmes et de les rendre durables.

L’EUMC renforce les partenaires locaux en appuyant des volontaires, ce qui contribue au plan de développement professionnel de chaque organisme. Ce travail aide également chaque agence à constituer ses ressources financières et humaines. Durant notre travail dans le pays, nous avons appris que :

  • l’effet cumulatif d’une série d’interventions signifie un meilleur développement : 2 ou 3 volontaires et/ou stagiaires travaillant dans le même secteur contribuent à consolider l’expertise et améliorer la qualité de l’intervention;
  • la combinaison de plusieurs actions stimule les résultats : par exemple, gestion axée sur les résultats + recherche de financement + défense des intérêts + élaboration de projets = plus de projets élaborés, plus de partenaires et plus de financement obtenu;
  • des comités sectoriels regroupent plusieurs acteurs en se penchant sur des enjeux semblables. Ceci encourage
  • davantage d’implication/de participation et de responsabilité des partenaires dans la mise en œuvre du programme;
  • une meilleure collaboration entre les partenaires sur les projets partagés;
  • une meilleure collaboration/synergie avec les autres intervenants qui travaillent sur des enjeux semblables; et 
  • davantage de consultation et de communication. 


Tags: Afrique