Journée mondiale des réfugié-e-s

Félicitations à la promotion de 2018 !

En cette Journée mondiale des réfugié-e-s, joignez-vous à nous pour célébrer la réussite des récent-e-s diplômé-e-s de notre Programme d’étudiantes et d’étudiants réfugiés (PÉR).

Au cours des quatre dernières années, 437 jeunes réfugié-e-s ont été accueilli-e-s sur les campus canadiens par l’entremise du PÉR. Grâce à votre soutien, bon nombre de ces étudiant-e-s obtiennent maintenant leur diplôme et entreprennent les prochaines étapes de leur parcours vers un avenir meilleur pour eux-mêmes et leur famille.

Une récente étude a révélé que 94 % des étudiant-e-s qui sont venu-e-s au Canada dans le cadre du PÉR ont terminé leurs études.

Depuis sa création en 1978, le PÉR a soutenu plus de 1 800 jeunes réfugié-e-s dans leur cheminement vers l’éducation et vers une vie meilleure pour eux-mêmes et leurs familles.

Le programme continue à prendre de l’ampleur et nous nous réjouissons à l’idée d’accueillir 130 jeunes réfugié-e-s brillant-e-s au Canada cet automne.

Vous pouvez nous aider à accompagner davantage de jeunes réfugié-e-s vers l’obtention d’un diplôme. Le don que vous ferez aujourd’hui aidera la cohorte de 2022.

 

 


 

Faites connaissance avec quelques finissantes et finissants de 2018

 

Photo of Alaa TurkiAlaa Turki

Alaa est née en Syrie. Elle a fui seule au Liban pendant la guerre civile, comme tant d’autres Syriennes et Syriens, alors que sa famille est restée sur place.

C’est le père d’Alaa qui lui a transmis sa passion pour l’éducation. Son père était un homme instruit et bien informé qui a offert une belle vie à sa famille jusqu’en 2010. En six mois, la vie d’Alaa a changé radicalement lorsqu’elle a non seulement perdu son père, mais aussi son pays. Malgré les obstacles, elle savait que l’éducation la sauverait.

Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, Alaa a fait des études de droit. Toutefois, elle n’était pas autorisée à exercer au Liban, malgré ses qualifications universitaires, en raison des obstacles juridiques à l’obtention d’un emploi dans le pays. Grâce au PÉR, Alaa a pu venir au Canada pour terminer ses études postsecondaires à l’Université Queen’s.

Alaa se prépare maintenant à l’examen du Barreau et cherche un stage dans un cabinet d’avocats. À l’avenir, elle aimerait devenir avocate et défendre les droits des femmes, en particulier leur droit d’accéder à l’éducation.

« Je suis tellement reconnaissante aux donatrices et donateurs de l’EUMC parce que même si j’avais la passion et la résilience de poursuivre mon rêve, j’avais besoin d’un coup de main pour me tirer vers le haut, et l’EUMC m’a tendu cette main. »

 


 

Photo of Tariq Ajam

Tariq Ajam

Également originaires de Syrie, Tariq été forcés de se réinstaller en Jordanie. Après le début de la guerre civile syrienne en 2011, Tariq faisait partie des 4,9 millions de personnes qui ont fui le pays pour échapper à la violence.

Tariq a été accepté au Collège Red River en 2016 pour étudier la comptabilité appliquée. Si loin de chez lui, il s’est senti réconforté par l’immense soutien que les membres du Comité local, les camarades de classe, les instructrices et instructeurs et le personnel du Collège ont manifesté à son arrivée et tout au long de ses études. Il les considère maintenant comme sa famille.

Tariq s’est tellement bien adapté à sa nouvelle vie qu’il a remporté le Prix de la paix au Collège Red River, en reconnaissance de sa force et de sa détermination à atteindre ses objectifs scolaires tout en s’adaptant à la vie au Canada.

« L’éducation est ma priorité. Ce n’est pas ce que vous étudiez qui compte, c’est comment vous utilisez ces connaissances dans votre vie. »

Favicon

Abonnez-vous à notre infolettre