THIRD COUNTRY HIGHER EDUCATION PATHWAYS FOR REFUGEES

Doubler notre impact – Voies d’éducation postsecondaire pour les personnes réfugiées dans les pays tiers

En novembre 2019, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et l’EUMC (Entraide universitaire mondiale du Canada) ont réuni des parties prenantes ayant un intérêt ou un engagement actif dans le développement des possibilités d’éducation pour les personnes réfugiées en tant que voies complémentaires d’admission dans les pays tiers. La conférence internationale de deux jours intitulée « Voies complémentaires d’admission des réfugiés dans les pays tiers » (la réunion de Paris) a permis d’explorer les besoins et les obstacles spécifiques à chaque pays et région pour permettre aux personnes réfugiées d’accéder aux voies d’éducation dans les pays tiers, et d’identifier certaines bonnes pratiques émergentes pour surmonter les obstacles et élargir les possibilités. 

Les personnes réfugiées se heurtent souvent à des obstacles pour accéder à l’éducation postsecondaire, en particulier lorsque les possibilités d’éducation postsecondaire se trouvent dans des pays tiers. Il s’agit notamment de difficultés liées aux admissions dans les universités, aux procédures d’immigration et de visa, au soutien après l’arrivée, et aux possibilités de protection et de solutions durables telles que la réinstallation ou l’intégration locale. Ce rapport trace les grandes lignes d’un parcours d’éducation postsecondaire, en soulignant la variété des défis auxquels les personnes réfugiées sont confrontées pour accéder aux possibilités d’éducation dans les pays tiers. Les pratiques et les initiatives prometteuses qui permettent d’éliminer les obstacles identifiés et d’améliorer les possibilités offertes aux personnes réfugiées sont mises en évidence.

Il y a plusieurs éléments de conception de programme à prendre en compte lors de l’élaboration de programmes d’éducation postsecondaire qui aident les personnes réfugiées à accéder à des voies complémentaires d’admission.

La réunion de Paris a souligné l’importance des éléments clés suivants dans la conception des programmes et dans l’approche des possibilités d’éducation dans les pays tiers :

  • Développer et maintenir des partenariats et une coordination solides, diversifiés et stratégiques. 
  • Inclure et habiliter les personnes réfugiées de manière significative.
  • Fournir des solutions et des opportunités nouvelles et supplémentaires aux personnes réfugiées.
  • Assurer la protection et la dignité des personnes réfugiées dans toutes les interventions.
  • Développer des mécanismes pour assurer le statut juridique, l’unité familiale, la reconnaissance des qualifications et la possibilité de rester légalement dans le pays tiers après l’obtention du diplôme.
  • Adopter des approches souples et adaptées au contexte.
  • Garantir la transparence et l’équité dans les communications et les processus.
  • Engager les communautés d’accueil et les étudiant.e.s dans l’accueil et l’inclusion des personnes réfugiées.
  • Développer des voies d’éducation durables et stables qui soutiennent les aspirations et le choix des personnes réfugiées.

La réunion de Paris représente une étape importante dans l’effort engagé et le dialogue ciblé entre les diverses parties prenantes travaillant à la jonction de l’éducation postsecondaire et des solutions durables pour les personnes réfugiées. Une exploration et une démonstration plus poussées des principes exposés ici sont nécessaires pour accroître et développer de manière significative les possibilités d’éducation postsecondaire de qualité et les possibilités d’éducation dans les pays tiers pour les personnes réfugiées. 

La communauté mondiale de l’éducation postsecondaire est bien placée pour répondre de façon pertinente à la crise des personnes réfugiées et pour faire preuve d’un leadership significatif. Les solutions en matière d’éducation postsecondaire dans les pays tiers peuvent soutenir à la fois l’éducation et le développement des compétences futures des personnes réfugiées, tout en augmentant leurs possibilités d’accéder à une solution durable. 

Il est nécessaire d’investir de manière significative dans les systèmes et les infrastructures qui soutiennent les possibilités d’éducation des personnes réfugiées dans les pays tiers à l’échelle mondiale. Les réseaux de l’éducation postsecondaire — y compris les étudiant.e.s – peuvent jouer un rôle de premier plan dans la concrétisation de ce potentiel et l’élimination des obstacles existants.

SDG WheelLire le rapport complet
Favicon

Abonnez-vous à notre infolettre