Feature-Img-LRG-856x631-Remedial-EDU

Le Programme d’éducation de rattrapage : Une innovation pour améliorer les résultats scolaires des filles dans les contextes de réfugié-e-s

Les filles réfugiées sont confrontées à des obstacles décourageants qui leur compliquent l’accès à une éducation de qualité. Outre les réalités qui sont celles de nombreuses jeunes femmes, comme les mariages précoces et forcés, les grossesses précoces, la charge inéquitable des tâches domestiques et les contraintes financières de la famille, les filles réfugiées font face à d’autres défis particuliers.

En raison de leur mobilité réduite et des faibles possibilités d’emploi, les filles réfugiées ne sont pas vraiment incitées à aller à l’école. Faisant face à une double discrimination en raison de leur genre et de leur statut de réfugiées, même celles qui arrivent à se rendre jusqu’à l’école courent le risque de ne pas obtenir de bons résultats et de décrocher. De plus, les installations scolaires mises à la disposition des jeunes réfugié-e-s sont conçues comme des solutions temporaires et ne répondent pas aux besoins d’éducation à long terme, en particulier en raison du manque de personnel enseignant qualifié.

Depuis 2011, l’EUMC met en œuvre des programmes d’éducation de rattrapage dans les camps de réfugiés de Kakuma et de Dadaab et dans les communautés d’accueil du nord du Kenya, en partenariat avec Windle International Kenya. Cette approche s’est révélée efficace pour combler les lacunes systémiques importantes, améliorer les résultats scolaires des filles et influencer de manière positive les attitudes des parents et de la communauté à l’égard de l’éducation des filles. Grâce à son orientation novatrice axée uniquement sur les filles, le programme a eu l’avantage de créer un environnement d’apprentissage positif et de permettre aux filles de gagner confiance en elles.

Les données montrent que les filles apprécient le programme de rattrapage scolaire parce qu’il leur permet de passer plus de temps à étudier à l’extérieur des heures de classes habituelles. Souvent responsables de tâches domestiques et familiales, les filles ne peuvent pas toujours étudier à la maison. L’augmentation de la fréquentation et de la demande de cours de rattrapage dans les camps de réfugié-e-s de Kakuma et de Dadaab a montré que les parents et les tuteurs sont de plus en plus disposés à permettre aux filles d’assister à des cours supplémentaires durant les fins de semaines.

Le Programme d’éducation de rattrapage : Une innovation pour améliorer les résultats scolaires des filles dans les contextes de réfugié-e-s donne une présentation détaillée du programme novateur de rattrapage scolaire. L’étude de cas apporte de l’information sur le contexte de mise en œuvre et le modèle de programme de rattrapage. Elle explore aussi les défis relevés et les leçons apprises à ce jour. L’étude présente enfin le témoignage personnel d’une élève qui explique comment elle a bénéficié du programme.

Cette étude de cas est le fruit d’une collaboration entre l’EUMC et Promising Practices in Refugee Education. Promising Practices in Refugee Education est une initiative conjointe de Save the Children, du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiées et de Pearson. Lancée en mars 2017, l’initiative visait à identifier, documenter et promouvoir les moyens novateurs d’atteindre efficacement les enfants et les jeunes réfugié-e-s en leur offrant des possibilités d’éducation de qualité. Cette étude de cas fait partie de la vingtaine de pratiques prometteuses sélectionnées dans le cadre de l’initiative.

Cliquez ici pour lire l’étude de cas (en anglais seulement)

Favicon

Abonnez-vous à notre infolettre