Participants listen to presentations at the Impact Investing training in Sri Lanka

Le Sri Lanka cherche à accroître son écosystème d’investissement d’impact

Dans les forêts du Sri Lanka, on sait que les éléphants déploient une stratégie unique pour protéger leurs petits. Face à une menace, les éléphants adultes forment une meute serrée, rassemblant leurs petits au milieu pour leur sécurité.

C’est cette image qui a inspiré le nom de la première émission de téléréalité du Sri Lanka sur l’entrepreneuriat social, Ath Pavura (traduction : mur d’éléphants). L’émission, inspirée des populaires Shark Tank ou Dragon’s Den, invite les jeunes entrepreneures et entrepreneurs sociaux émergents à présenter leurs idées à des chefs d’entreprise sri-lankais-e-s d’expérience pour qu’elles et ils investissent et les soutiennent. Les investisseuses et investisseurs d’impact qui participent à l’émission, connus sous le nom de « Tuskers », s’intéressent souvent personnellement à leurs bénéficiaires en suivant leurs progrès et en les conseillant sur la stratégie, les marchés et les opérations.

La première saison de l’émission a remporté un vif succès : 44 entrepreneures et entrepreneurs sociaux ont reçu du financement pour réaliser leurs idées à grande échelle. Les entreprises allaient de réseaux sociaux en ligne pour la plantation d’arbres à la production artisanale pour les femmes très exclues des régions rurales.

Lancée par le Lanka Impact Investment Network (LIIN), Social Enterprise Lanka et Independent Television Network, l’émission s’est rapidement hissée au premier rang des séries sur les affaires à la télévision nationale.

L’investissement d’impact ouvre la porte à davantage de possibilités économiques au Sri Lanka

Des participants à la formation sur l’investissement d’impact au Sri Lanka.

Des participant-e-s à la première formation sri-lankaise sur l’investissement d’impact en apprennent davantage sur l’écosystème de l’investissement d’impact et de l’entreprise sociale au Sri Lanka.

LIIN est un réseau de personnes et d’investisseuses et investisseurs à valeur nette élevée qui s’attaquent à certains des problèmes sociaux les plus urgents du Sri Lanka en recourant à l’entrepreneuriat social et à l’investissement d’impact. Récemment, l’EUMC, le CECI et le PNUD ont coparrainé la première formation sur l’investissement d’impact au Sri Lanka, organisée par le LIIN.

L’idée de la formation a germé lors de la visite du président du LIIN, Chandula Abeywickrema, au Forum international de l’EUMC et du CECI, où il a rencontré un certain nombre d’investisseuses et investisseurs et d’institutions canadiennes de soutien aux entreprises sociales. M. Chandula a vu l’occasion de mieux préparer les membres de son réseau et de tirer parti de la riche expérience de la communauté des investisseuses et investisseurs canadiens et des leçons apprises ailleurs.

Trente-cinq investisseuses et investisseurs ont participé à la formation, où elles et ils ont amélioré leur compréhension de l’investissement d’impact et de l’entreprise sociale. Les participant-e-s ont également été informé-e-s des nouveaux résultats de la recherche de Lanka Social Ventures, qui estime qu’il y a actuellement 10 000 entreprises sociales à travers le Sri Lanka. Le besoin d’un écosystème d’investissement d’impact mieux implanté pour soutenir le secteur en pleine croissance des entreprises sociales est important et incontournable.

Les fonds d’investissement d’impact aident à combler les lacunes en matière de financement pour les entrepreneur-e-s sociaux

LIIN en est actuellement aux premières étapes de la création de deux fonds nationaux d’investissement d’impact afin de mieux répondre aux besoins de financement du secteur en plein essor de l’entrepreneuriat social du Sri Lanka. Le premier, un fonds d’entreprise sociale de 5 millions de dollars, financera des entrepreneur-e-s sociaux en début de carrière sélectionnés dans le cadre de saisons futures de l’émission de téléréalité de LIIN. Le second, un fonds d’impact social de 20 millions de dollars, permettra d’investir davantage dans les moyennes et grandes entreprises existantes, afin de financer des innovations sociales, comme l’amélioration de l’égalité des genres en milieu de travail ou la réduction de la consommation d’énergie.

Ce qui est le plus impressionnant au sujet de l’investissement d’impact et de l’écosystème de l’entreprise sociale qui émergent au Sri Lanka, ce sont les relations solides entre diverses personnes et institutions. LIIN s’est donné pour mission de promouvoir l’accès au financement pour les entrepreneur-e-s sociaux et les innovations sociales. Leurs partenaires à Social Enterprise Lanka et Lanka Social Ventures fournissent des services d’incubation, de formation et de soutien à l’accélération aux entreprises en phase de démarrage ou de croissance.

LIIN fait quelque chose de très novateur dans le cadre d’un pays en voie de développement : réunir des individus à valeur nette élevée comme partenaire de la mobilisation des ressources locales afin de résoudre des problèmes locaux.

Les acteurs internationaux ont encore un rôle à jouer dans cet effort. L’EUMC et le CECI, par l’entremise du programme Uniterra, ont pris des dispositions pour qu’une étudiante volontaire de l’Université de Winnipeg aide à coordonner la récente formation au Sri Lanka. Dans l’avenir, nous nous réjouissons à l’idée de continuer à associer le LIIN au soutien et à l’expertise du Canada, ainsi qu’aux sources potentielles d’investissement canadien, dont les investisseuses et investisseurs d’impact et l’importante diaspora sri-lankaise basée au Canada.

Pour faire progresser notre engagement envers l’égalité des genres, nous continuerons également à rapprocher le LIIN et ses membres des organisations homologues afin qu’ils soient mieux au fait des meilleures pratiques mondiales d’investissement auprès des femmes et de l’utilisation de l’investissement d’impact pour une plus grande égalité des genres.

Le monde peut apprendre beaucoup de cette initiative sri-lankaise. Nous sommes impatient-e-s de continuer à raconter leur histoire.

 

—–
Uniterra est un programme canadien de coopération internationale, mis en œuvre conjointement par le CECI et l’EUMC. Dans le cadre du programme, 600 volontaires contribuent chaque année au changement positif et durable vers un monde plus égalitaire, en consacrant de quelques semaines à deux ans de leur vie à un travail volontaire à l’international. Le programme permet aussi d’impliquer des Canadiennes et Canadiens et ainsi de jouer un rôle actif dans la lutte contre la pauvreté.
Le programme Uniterra bénéficie de l’appui financier du gouvernement du Canada, par l’entremise d’Affaires mondiales Canada.
Pour plus d’informations et pour voir les postes disponibles:
Favicon

Abonnez-vous à notre infolettre