PROPEL-systems-apoproach-diagram-FR

Libérer le potentiel du secteur agricole des Caraïbes grâce à l’approche des systèmes de marché

Par Doug Graham, directeur du projet PROPEL

« Innovation de rupture. Déclencher à distance l’innovation et la stimulation du marché. Éviter de se trouver au centre d’une transaction. » Voici des paroles de sagesse pour la mise en œuvre d’une approche des systèmes de marché (ASM).

Au cours des dernières années, j’ai de plus en plus entendu parler de l’application de l’ASM en développement. En tant que directeur du projet de Promotion de la production agricole régionale par la création d’entreprises et de réseaux (PROPEL), j’ai eu la chance de participer à un programme de formation en ASM. Je suis allé au Springfield Training Centre avec Munish, le directeur adjoint de PROPEL, pour prendre part à la formation et en apprendre plus sur cette approche.

Ce programme de formation de deux semaines touchait principalement les façons de faire fonctionner les marchés au bénéfice des pauvres (making markets work for the poor – ou M4P) — aussi connu sous l’appellation d’approche de systèmes de marché. Le Springfield Training Centre a développé l’approche M4P avec le soutien de UKAid et de la Coopération suisse au développement. Munish et moi sommes remontés à la source et avons appris des meilleurs.

En arrivant à la formation, nous nous disions que l’ASM pouvait être une approche d’implantation appropriée pour PROPEL, une initiative de l’EUMC dans les Caraïbes, qui fait la promotion d’une croissance économique durable dans le secteur agricole. La formation arrivait à mi-chemin de notre projet — un moment tout naturel pour faire le point à la fois sur l’origine du projet et sur la direction dans laquelle nous voulions qu’il aille.

Comment fonctionne l’ASM ?

Puisque nous n’avons ni deux semaines ni une vraie formation à vous offrir, voici la base de l’ASM :

  • L’ASM se construit sur une vision du monde basée sur une chaîne de valeurs (c.-à-d. au-delà des joueurs centraux dans une chaîne de transactions).
  • Les organisations, les entreprises et les structures qui offrent des fonctions de soutien à un système de marché, comme les établissements d’enseignement et les prestataires de services financiers, jouent des rôles significatifs.
  • Les autorités de normes, de règles et de réglementations doivent être prises en considération. Un marché sans politiques gouvernementales ou normes industrielles n’est pas un marché.

Il est crucial de comprendre les relations entre ces facteurs et les joueurs. Une ASM doit prendre en considération l’ensemble du contexte de marché et les relations entre les joueurs du marché de façon cyclique et holistique, plutôt que de suivre la chaîne de valeur traditionnelle unidirectionnelle et fondée sur les opérations.

Étudier le système et en voir le potentiel

Le programme de Springfield nous a ouvert les yeux, à Munish et à moi. En deux semaines, nous sommes passés de débutants en ASM à véritables partisans de l’ASM.

La chance d’en apprendre plus à propos d’une approche de développement qui a une pertinence considérable pour notre travail avec PROPEL a mené à une révolution fondamentale dans la présence de l’EUMC aux Caraïbes. Nous avons tous deux vu le potentiel qu’un tel changement dans la facilitation de programme pourrait créer. Nous sommes revenus à l’équipe de PROPEL avec de nouvelles perspectives et de nouvelles possibilités.

Et ce sont alors présentés les défis.

Comment pourrions-nous incorporer les aspects clés de cette nouvelle approche à un projet déjà en branle ? Comment pourrions-nous amener notre équipe au même niveau que nous face à cette approche alors qu’il nous a fallu deux semaines entières pour l’apprivoiser ? Comment pourrions-nous convaincre les acteurs du marché, comme les producteurs, les distributeurs, les acheteurs, les institutions financières et les gouvernements de nous suivre ?

Afin de rendre les concepts fondamentaux de l’ASM plus accessible aux employés de PROPEL, Munish et moi avons adapté le « beigne M4P » de Springfield aux besoins du système de marché de produits frais de PROPEL.

Vous remarquerez peut-être la position de l’EUMC dans le beigne. Ou, devrais-je dire, à l’extérieur du beigne.

Nous sommes des facilitatrices et facilitateurs et non des responsables de la mise en œuvre

Un des aspects les plus essentiels dans l’intégration d’une perspective d’ASM au projet est que l’équipe de PROPEL est là pour faciliter et non pour mettre en œuvre. Nous adoptons un rôle non interventionniste. Cette tactique a été centrale pour assurer l’adhésion et l’appropriation des acteurs du marché, améliorant grandement le potentiel de durabilité. Si l’EUMC et notre personnel étaient au cœur de toutes les initiatives, qui prendrait le relai une fois le projet arrivé à terme ?

Au cours de la dernière année d’intégration des principes de l’ASM aux fonctions de PROPEL, l’équipe a découvert que de faciliter plutôt que de mettre en œuvre peut être difficile. C’est une véritable révolution dans le travail de développement traditionnel, sans oublier qu’il s’agit d’un concept relativement étranger à la scène du développement dans les Caraïbes.

Alors, comment pouvons-nous nous assurer de rester à l’extérieur du beigne ? Nous avons posé deux questions simples :

« Qui agit ? Qui paie ? »

Quatre mots, une immense analyse. Ces deux questions peuvent aider à assurer que le projet ne va pas trop loin et n’est pas trop financé. Le test du beigne de l’EUMC et le « Qui agit ? Qui paie ? » déterminent où l’EUMC se situe par rapport aux systèmes de marché que nous soutenons.

Soutenir de nouvelles idées pour les acteurs du marché

Une application clé de la facilitation de PROPEL passe par l’innovation de rupture. Nous avons développé des pilotes avec les acteurs clés engagés dès le commencement à provoquer une innovation qui ne se serait pas produite sans que le projet la soutienne. Springfield appelle cela « l’innovation de rupture » et la considère comme un point de départ fondamental pour faciliter à la fois le changement comportemental et systémique.

L’innovation de rupture s’appuie sur la démonstration de pratiques différentes, mais efficaces. Les acteurs clés engagés peuvent alors s’approprier le concept ou la pratique.

Mais à quoi ressemblent l’innovation de rupture et l’ASM dans la vraie vie, avec du vrai monde et du vrai argent ?

En Dominique, un pilote a testé des variétés de semences de pommes de terre de haute qualité. En collaboration avec le gouvernement dominicain, PROPEL a offert les fonds complémentaires nécessaires pour que le gouvernement achète et importe ces semences d’une qualité supérieure à la normale pour la plantation annuelle. En bref, il s’agissait d’un investissement unique afin de tester l’impact de semences de qualité sur le rendement quotidien des producteurs dominicains.

Le résultat ? Plus de semences, un produit de meilleure qualité et un accroissement de la quantité des pommes de terre récoltées. En agriculture, ce sont là des victoires importantes. D’autres acteurs, dont les acheteurs du secteur privé et les institutions de crédit l’ont remarqué. Un produit supérieur sur les tablettes et des producteurs qui réussissent mieux financièrement et sont plus stables rapportent à tout le monde !

Et ensuite ? Attirer d’autres acteurs du marché

Avec cette vision et ses prévisions, les joueurs du système de marché ont été inspirés à poursuivre le travail de plus près avec les producteurs, assurant que les récoltes futures seront plantées et récoltées à plus grande échelle. Retournons à notre équilibre et à nos contrôles :

Qui a agi ? L’EUMC a fait les recherches et a facilité l’importation des semences de qualité supérieure en Dominique.

Qui a payé ? Principalement le gouvernement dominicain, avec un financement complémentaire de l’EUMC.

Qui agira ? Le gouvernement dominicain qui détient maintenant les preuves des avantages d’un investissement initial plus important menant à un retour largement supérieur.

Qui paiera ? Le gouvernement dominicain, avec un recouvrement des coûts auprès des producteurs.

Étant donné l’exemple réussi de l’innovation de rupture, le gouvernement dominicain a indiqué vouloir continuer dans l’avenir à importer du matériel de plantation de plus grande qualité et l’a fait dans le cadre du cycle de plantation en cours.

Le processus visant à faire entrer plus d’acteurs du marché dans le système de marché après un point d’innovation de rupture est appelé, dans la littérature de l’ASM, « l’effet d’attraction ». Quand le succès est démontré, d’autres acteurs seront attirés par l’occasion et la reproduiront, s’y joindront et offriront des services additionnels s’ils voient la chance de gains.

En Dominique, les détaillants commerciaux et les bailleurs de fonds se sont engagés plus avant dans le marché local de la pomme de terre. Le crédit sera offert aux producteurs afin qu’ils achètent plus d’intrants (par ex., des semences et des engrais) s’ils peuvent démontrer qu’ils ont une entente avec un supermarché pour l’achat des pommes de terre qu’ils récolteront. Cet engagement axé sur le marché et ces arrangements entre les acteurs du marché mèneront à un marché de la pomme de terre plus durable et fonctionnel en Dominique.

Une fois qu’un marché commercial atteint cette étape, l’EUMC peut se retirer et se tourner vers d’autres occasions d’améliorer les perspectives de croissance et de durabilité économiques. Cependant, surveiller la fonctionnalité du système de marché afin d’évaluer s’il y a des obstacles à surmonter dans le milieu est une étape de plus vers la durabilité.

Dans les 18 mois restants au projet PROPEL, nous prévoyons de nombreuses autres occasions de croissance dans les marchés des produits frais de chacun des cinq pays où le projet est en cours, une facilitation plus efficace entre les acteurs clés et les producteurs locaux, et plus de succès économique et de durabilité pour toutes les personnes impliquées.

La Dominique n’est qu’un exemple. Une année s’est écoulée depuis la formation en ASM à Springfield, et l’équipe de PROPEL a largement accru sa collaboration avec les joueurs du marché local. Nous avons maintenant plusieurs autres cas d’innovation de rupture en Guyane, en Jamaïque, à Sainte-Lucie et à la Barbade. Chaque mois, notre impact durable grandit.

Favicon

Abonnez-vous à notre infolettre