Copy of Blog feature image 1100x451 (15)

« Et si une organisation ferme ses portes après un an ? » Cinq idées clés du Forum international de l’EUMC de cette année

Auteure Neha Chollangi

Le Forum international de cette année s’est penché sur les  » objectifs communs et avenirs communs  » des mouvements sociaux et des leaders du développement mondial.

POURQUOI EST-CE IMPORTANT ?

De nombreuses communautés dans le besoin mènent de multiples batailles, dont la pandémie, le changement climatique et les questions de justice sociale. Alors que les groupes locaux et internationaux font pression pour le changement, les efforts intersectionnels et durables sont vitaux.

Ce journalisme est rendu possible grâce à un partenariat avec l’EUMC et le Forum international. Consultez notre éthique et nos normes rédactionnelles ici.

Le développement international est un vaste réseau de pièces mobiles. Les activistes, les organisations de développement, les volontaires communautaires et les défenseurs locaux d’un développement mondial inclusif travaillent tous vers des objectifs similaires. Le Forum international de l’EUMC de cette année s’est inspiré de ces diverses perspectives pour mieux comprendre le travail d’impact social effectué à différents niveaux, et comment ces acteurs peuvent mieux collaborer.

Des conférenciers du monde entier ont abordé des questions allant des droits des LGBTQ2S+ au financement des initiatives des jeunes en matière de changement climatique, et plus encore. Les sessions ont également exploré des questions plus profondes – comme ce à quoi peut ressembler un effort conjoint entre des organisations militantes et de développement, et comment il peut bénéficier aux communautés dans le besoin.

Voici les cinq principaux points à retenir du 11e Forum international annuel de l’EUMC.

LES PERSONNES AYANT UNE EXPÉRIENCE VÉCUE DOIVENT ÊTRE AU CENTRE DE LA PRISE DE DÉCISION 

Lors de la première session du forum, intitulée  » Rien pour nous sans nous : la représentation dans le travail de développement « , Jean Marie Ishimwe, un jeune défenseur des réfugiés à Nairobi, au Kenya, a souligné la nécessité pour les ONGI d’impliquer les communautés qu’elles essaient d’aider dans le processus de prise de décision.

Par exemple, au Kenya, vous entendrez beaucoup de réfugiés dire : « On ne nous donne pas la chance de faire partie du système, on ne nous donne pas la chance d’utiliser réellement les compétences que nous avons acquises. La communauté des réfugiés se considère comme des personnes qui ne sont pas seulement des bénéficiaires de projets, des demandeurs d’aide ou des personnes qui veulent simplement être soutenues, mais des personnes qui veulent être impliquées dans leurs solutions. Ils veulent être impliqués dans le développement de leur pays », a déclaré Ishimwe.

De nombreux autres intervenants du forum ont fait écho à l’idée d’Ishimwe selon qui les voix de ces communautés doivent être élevées et renforcées. Pour les organisations de développement, Ishimwe dit que l’élévation de ces voix peut se traduire par un partenariat avec des organisations dirigées par des réfugiés et leur permettre de déterminer les problèmes qui doivent être abordés dans leurs propres communautés.

LES ORGANISATIONS DE JEUNESSE SONT DES ACTEURS ESSENTIELS DU CHANGEMENT ET DOIVENT ÊTRE TRAITÉES COMME TELLES.

Le forum a tenu deux sessions qui ont mis en avant les perspectives des jeunes : l’une sur les mouvements sociaux et le développement, et la seconde sur les jeunes impliqués dans le mouvement du changement climatique et l’action climatique.

Amina Doherty, directrice du programme Voix et leadership des femmes dans les Caraïbes du Fonds pour l’égalité, a déclaré que le soutien aux mouvements de base dirigés par des jeunes est vital et que les bailleurs de fonds doivent être flexibles par rapport à leurs besoins. Elle se souvient de sa propre expérience dans le passé, lorsqu’elle travaillait dans des mouvements féministes de jeunes, où ils n’étaient pas pris au sérieux parce qu’ils avaient l’impression qu’ils pourraient disparaître dans un an. Mais selon Mme Doherty, cela ne devrait pas être un problème.

« Qu’est-ce qui se passe si une organisation ferme ses portes dans un an ? Je pense que c’est le dynamisme de la jeunesse… la magie des mouvements sociaux, c’est qu’il y a un travail qui peut se faire dans un court laps de temps, et un travail qui doit se faire sur une longue période. Je pense qu’il est vraiment important pour les donateurs de reconnaître cela et d’être en mesure d’agir avec cette énergie », a déclaré Doherty.

Eunice Manteaw, qui a participé à de nombreuses initiatives de développement de la jeunesse au Ghana, souligne que les jeunes ont toujours fait partie des mouvements sociaux – ce n’est pas nouveau. « La plupart de ces mouvements ont apporté des changements, même si certains d’entre eux n’ont pas atteint l’objectif dans une plus grande mesure, cela nous a montré comment les jeunes poussent activement pour une vie meilleure. »

LE PARTAGE DES RESSOURCES ET DES CONNAISSANCES DOIT COMMENCER MAINTENANT, PAS PLUS TARD

Chris Makena Njeri, PDG de BOLD Network Africa, a noté que la connexion par la création de réseaux de collaboration est une ressource en soi en raison des portes qu’elle ouvre. « Nous devons partager [les ressources] ensemble ; nous n’avons pas besoin de les partager lorsque tout est beau et agréable, mais pendant que le combat est en cours. »

Lucky Kobugabe, une féministe africaine travaillant dans le domaine de la violence contre les femmes, ajoute que « si nous travaillons dans des camps isolés, nous avons souvent tendance à dupliquer les efforts, parce que nous voulons tous bien faire et que nous essayons tous de faire des choses qui apportent un changement », a déclaré Kobugabe.

Selon elle, il est parfois difficile d’accéder aux ressources lorsqu’on travaille en tant qu’individu ou groupe unique. Cependant, le fait de disposer d’un réseau permet d’accéder à différentes ressources. « Si vous avez un réseau original avec différentes organisations qui ont un accès différent, alors quand vous vous réunissez, vous partagez les ressources, vous partagez les connaissances, vous partagez l’argent, les finances, cela rend le travail 1000 fois plus facile. »

LORSQU’IL S’AGIT DE TRANSFÉRER LE POUVOIR – SOUTENEZ D’ABORD CEUX QUI SONT LES DERNIERS

Le fonds féministe noir FRIDA de Doherty utilise une méthodologie qui amplifie les voix et soutient les causes des personnes les plus défavorisées, et travaille « des marges vers le centre ».

Pour ce qui est de la construction d’un mouvement et d’une communauté, Mme Doherty affirme que les organisations de développement et les mouvements sociaux doivent se concentrer sur le transfert du pouvoir et sur la création intentionnelle d’un espace pour les autres là où il n’existe pas, plutôt que de maintenir une plateforme pour ceux qui y ont déjà accès.

Ensuite, élargir le réseau des voix au sein d’un mouvement, et montrer une diversité d’expériences, explique Kobugabe, peut créer une puissante cohésion entre les organisations. « Tous ceux qui rejoignent le réseau ont le sentiment de faire partie de quelque chose de grand ; quelque chose qui les dépasse en tant qu’individu, quelque chose qui les dépasse en tant qu’organisation. »

LES ORGANISATIONS DE DÉVELOPPEMENT DOIVENT SE DÉFAIRE DE LEUR RIGIDITÉ ET S’ADAPTER AUX MOUVEMENTS SOCIAUX

Lors de la dernière session du forum, Chimwemwe Manyozo, un youth changemaker et expert en développement international basé au Malawi, en Afrique, a expliqué en détail comment les organisations internationales de développement doivent faire un plus grand effort pour adapter leurs méthodes aux besoins des mouvements sociaux.

« Les ONGI ont une structure très taxante et bureaucratique, qui fait que parfois une chose simple nécessite une décision au siège, puis l’approbation d’un bureau régional, et elle doit être transmise aux bureaux locaux », explique Manyozo, exhortant à un haut niveau de confiance et d’adaptabilité envers les acteurs locaux au sein d’un mouvement social.

« Lorsque vous avez affaire à des mouvements sociaux, les choses se passent en temps réel. Il doit y avoir un certain niveau de flexibilité pour que les bureaux locaux puissent prendre certains niveaux de décisions et être en mesure de soutenir les travailleurs sociaux. Sinon, le temps que ce document soit approuvé à D.C., des gens sont tués au Malawi parce que vous n’agissez pas au moment où votre [action] était nécessaire. »  

Favicon

Abonnez-vous à notre infolettre