PASME Blog

Comment les émissions de radio et la formation contribuent à la réponse face à la COVID-19 au Burkina Faso

Comme il l’a fait dans de nombreux pays, le virus de la COVID-19 s’est rapidement propagé au Burkina Faso. Le premier cas a été signalé début mars et, fin mai, neuf des treize régions du pays avaient été infectées. Certaines régions du pays étant déjà confrontées à l’insécurité, la COVID-19 pose de sérieux défis supplémentaires et croissants aux populations, en particulier aux personnes déplacées. La pandémie menace également d’exacerber les pressions existantes sur le système de santé.

Au Burkina Faso, le taux de mortalité infantile et juvénile est de 81,6 pour 1 000 naissances vivantes, soit le double de la moyenne mondiale (Enquête module démographique 2015, INSD, Burkina Faso). Le taux de mortalité maternelle est de 330 pour 100 000 naissances vivantes. La pandémie représente un risque supplémentaire pour la santé maternelle et infantile; de nombreuses femmes enceintes et nouvelles mères peuvent hésiter à se rendre dans les hôpitaux et les centres de soins par crainte de contracter le virus.

Réagir rapidement à la COVID-19

Le Burkina Faso a réagi rapidement à la COVID-19. Les gouvernements nationaux et locaux, ainsi que les partenaires de la société civile, ont progressivement mis en œuvre de nouvelles mesures collectives et individuelles pour contenir davantage la propagation du virus. Ces mesures comprenaient la fermeture des écoles, des marchés, des frontières et des transports publics interurbains, la mise en place d’une quarantaine dans les villes ou localités touchées par le virus et une sensibilisation accrue au virus.

Le couvre-feu national qui a été mis en place pendant presque deux mois a sans doute augmenté le risque pour les femmes enceintes, en particulier dans les cas où elles auraient pu avoir besoin d’accéder à des soins de santé d’urgence au milieu de la nuit.

Avec la levée de certaines mesures restrictives comme les rassemblements, la levée du couvre-feu et l’ouverture des frontières aériennes, le risque d’augmentation de l’infection devient plus élevé. La réouverture pourrait entraîner une diminution du nombre de femmes enceintes et de nouvelles mères se rendant dans les centres de santé qui préfèrent attendre que le virus soit éliminé, augmentant les risques de complications non diagnostiquées ainsi que les taux de mortalité infantile et maternelle.

L’EUMC travaille au Burkina Faso depuis 2012 pour améliorer la santé maternelle et infantile, grâce à un financement d’Affaires mondiales Canada. Avec nos partenaires, nous craignons que des années de progrès dans la promotion de pratiques de soins de santé maternelle plus sûres ne soient perdues si les femmes enceintes et les nouvelles mères ne peuvent avoir accès aux soins dont elles ont besoin.

Afin de soutenir les progrès réalisés en matière de santé maternelle et infantile par le gouvernement, les partenaires de santé et les communautés, nous avons adapté notre travail pour surmonter les nouveaux défis engendrés par le contexte actuel. Pour ce faire, nous avons eu recours à deux mécanismes principaux : premièrement, en élargissant notre programmation radio et, deuxièmement, en adaptant nos initiatives de formation pour les prestataires de soins de santé.

Élargir et adapter notre engagement communautaire

Depuis 2016, grâce à notre travail au Burkina Faso, nous avons formé plus de 820 agent.e.s de santé (dont 69 % de femmes) dans trois régions afin d’améliorer leurs connaissances et leurs compétences en matière de soins de santé maternelle et infantile. Mais ces compétences n’iront pas très loin si les femmes n’ont pas accès aux services de santé dans leurs communautés.

En partenariat avec Radios Rurales Internationales, nous avons appuyé les stations de radio locales à diffuser des émissions de radio interactives afin d’accroître l’accès à des informations de qualité sur la santé maternelle et infantile et d’aider les femmes à prendre des décisions éclairées sur leurs besoins en matière de soins de santé. Depuis 2016, 52,4 % de l’auditoire de ces émissions de radio sont des femmes.

En réponse à la pandémie, nous avons réorienté notre travail avec Radios Rurales Internationales afin de sensibiliser l’auditoire à la COVID-19 par l’intermédiaire des stations de radio partenaires locales.

Faire de la COVID-19 une priorité sur les ondes

Radios Rurales Internationales soutient actuellement ses partenaires radiophoniques dans le développement d’une programmation visant à fournir aux femmes enceintes, aux nouvelles mères et à leurs familles des informations de qualité, précises et pertinentes sur la COVID-19.

Cette initiative continuera à faire appel aux groupes d’écoute communautaire qui ont été constitués précédemment. Ces groupes servent « d’auditoires critiques » qui téléphonent ou utilisent la plateforme Uliza (une suite de services qui combinent la radio, les téléphones portables et souvent, des systèmes de réponse vocale interactifs pour permettre aux auditrices et aux auditeurs de communiquer et d’échanger des informations avec leur station de radio rapidement, facilement et gratuitement) pour poser des questions, fournir des commentaires et identifier les lacunes en matière d’information qui doivent être comblées par les futures émissions de radio.

Former les travailleuses et les travailleurs en santé communautaire sur la réponse à la COVID-19

Alors que le système de santé traverse la pandémie, nous devons continuer à soutenir les héros de la santé qui travaillent sans relâche pour servir leurs communautés en ce moment.

Nous avons appuyé le ministère de la santé à former des agent.e.s  de santé qui, à leur tour, ont formé les agent.e.s de santé à base communautaire sur la COVID-19 et les mesures de protection contre la propagation du virus. Ces agent.e.s de santé communautaire ont mis en pratique leurs nouvelles connaissances et compétences lorsqu’ils ou elles effectuent les visites à domicile auprès des femmes enceintes, des mères et de leurs familles.

Nous avons également soutenu les centres de santé en fournissant des équipements afin de prévenir la propagation du virus et de rassurer les femmes enceintes et les nouvelles mères quant à la sécurité des visites dans ces centres. Certains de ces équipements soutiennent des mesures d’hygiène telles que des stations de lavage des mains, ainsi que des thermomètres laser pour assurer la distanciation physique.

Grâce à une information et une sensibilisation accrues, à la formation continue des agent.e.s de santé et à la fourniture d’équipements de sécurité appropriés, nous voulons prévenir la propagation du virus et aider les femmes enceintes et les nouvelles mères à être rassurées sur le fait qu’elles ne se mettent pas en danger et qu’elles ne mettent pas en danger leur enfant à naître ou leur nouveau-né en se rendant dans leur centre de santé local.

Favicon

Abonnez-vous à notre infolettre