This report was produced by WUSC's IGNI+E Program, which is funded by Global Affairs Canada's Volunteer Cooperation Program
This report was produced by WUSC's IGNI+E Program, which is funded by Global Affairs Canada's Volunteer Cooperation Program

Création de postes d’intermédiaires au sein d’organisations non gouvernementales internationales afin d’établir un lien entre l’égalité des genres et les finances : Leçons tirées d’une étude de cas du Programme de coopération volontaire de l’EUMC

Les investissements axés sur l’égalité des genres intègrent une analyse comparative entre les sexes aux évaluations des investissements et aux processus décisionnels, afin de mieux éclairer les décisions et de promouvoir l’égalité des genres. Cependant, les spécialistes des questions de genre et les organismes de financement n’ont souvent pas la capacité d’intégrer leurs analyses. Ce problème se pose dans des banques traditionnelles et dans des institutions de microfinance où les femmes ont souvent encore de la difficulté à accéder à des services financiers appropriés, ainsi que dans l’organisation inégale du pouvoir que l’on retrouve dans les structures de financement plus élargies qui façonnent l’économie globale. Il est essentiel d’établir un lien entre les finances et les genres pour combler l’écart entre les analyses et assurer l’efficacité des investissements axés sur l’égalité des genres.

L’EUMC intervient depuis de nombreuses années dans le domaine des investissements axés sur l’égalité des genres un secteur de plus en plus important. En 2019, nous avons mené une étude cartographique des investissements axés sur l’égalité des genres dans l’ensemble des pays du Sud. De plus, nous avons récemment lancé notre projet Accelerating Women Climate Entrepreneurs (AWCE), mis en oeuvre conjointement avec nos partenaires de la Fondation Aga Khan Canada et du Aspen Network of Development Entrepreneurs (ANDE).

Alors que nous établissions nos pratiques dans ce domaine, l’une des principales questions à laquelle nous avons été confrontées est de savoir de quelle manière unique nous, en tant qu’organisation non gouvernementale (ONG), pouvons apporter notre contribution afin d’influencer les systèmes financiers. En affaires, nous nous demandons « Quels moyens d’action devons-nous déployer? » et « Quelles ressources et capacités pouvons-nous mobiliser pour favoriser le changement? ». L’EUMC a bâti un réseau mondial de volontaires, qui mettent à contribution leurs compétences, leurs talents et leur énergie. Notre plus récente et plus importante initiative dans ce domaine est le programme IGNI+E. Au cours des sept prochaines années, nous mobiliserons 1200 volontaires dans le cadre de ce programme afin d’améliorer l’efficacité et les résultats de plus de 70 organismes partenaires pour ultimement favoriser l’égalité des genres et l’autonomisation économique de 1,2 million de jeunes personnes marginalisées et démunies sur le plan économique.

Au cours des six derniers mois, l’EUMC a travaillé étroitement avec le Criterion Institute, un influent centre d’études et de recherches sur les investissements axés sur l’égalité des genres, dans le cadre d’un projet de recherche. Des entretiens ont été menés avec des membres du personnel de l’EUMC, des volontaires, des partenaires et des pairs afin d’examiner comment les volontaires et les organismes de coopération volontaire peuvent intervenir dans l’établissement de liens entre les genres et les finances.

Les résultats de ce projet de recherche font ressortir la manière dont les volontaires nous aident à faire bouger les choses en ce qui a trait aux investissements axés sur l’égalité des genres. Par exemple, une volontaire nationale au Sri Lanka nous a expliqué comment elle s’est servie de son expérience de travail auprès d’ONG, dont l’EUMC, et de ses connaissances sur des outils d’analyse comparative entre les genres pour orienter ses échanges avec une jeune entreprise d’investissement d’impact. Cependant, le processus d’établissement de liens entre les finances et l’égalité des genres ne peut pas se faire avec quelques ateliers ponctuels seulement. Il faut beaucoup de temps et d’efforts pour perfectionner les connaissances à l’échelle locale et tisser des liens avec des organismes partenaires et des membres de la communauté. Dans le cas de notre volontaire nationale, il s’agissait de caractéristiques indispensables pour devenir une bonne intermédiaire.

Le rapport final fait ressortir plusieurs manières dont l’EUMC peut mobiliser des volontaires afin de soutenir le travail lié aux investissements axés sur l’égalité des genres. Ce qu’il faut retenir avant tout, c’est que beaucoup de caractéristiques des personnes et des organismes qui font de bons intermédiaires sont également les caractéristiques qui font de bons volontaires et de bons organismes de coopération volontaire, comme la flexibilité et la résilience, la curiosité et la soif d’apprendre, ainsi que la disposition à franchir et à estomper les limites. Le point principal à retenir ici est que les volontaires sont bien placé.e.s pour contribuer à cet important domaine.

Puis, le Criterion Institute a soumis plusieurs recommandations à l’EUMC et à d’autres organismes de volontariat dans le domaine du développement, qui sont animés par des préoccupations semblables. Parmi ces recommandations, notons la nécessité d’élaborer des stratégies afin d’influencer les changements, d’établir des partenariats, de mobiliser des organismes donateurs et de déterminer comment mieux tirer parti des talents des volontaires. Compte tenu des multiples besoins en matière d’établissement de liens, il peut être bénéfique d’accorder la priorité à des volontaires qui peuvent s’engager à long terme – qui pourront par conséquent tisser des liens et comprendre le contexte – et de chercher de nouveaux mécanismes innovateurs de placements hybrides des volontaires – comme le cybervolontariat à distance ou le volontariat échelonné en personne – afin de profiter des compétences des volontaires qui peut-être souhaiteront demeurer engagé.e.s dans leur emploi actuel.

La recommandation finale, et celle qui fait écho chez les personnes qui travaillent en coopération volontaire, est de donner aux volontaires canadien.ne.s les moyens de se servir des connaissances et des compétences qu’elles et ils ont acquises à l’étranger pour continuer de promouvoir les changements dans les systèmes financiers lorsqu’ils rentrent au bercail.

Les résultats du rapport et notre nouvelle expérience dans le cadre de l’initiative IGNI+E et d’autres programmes indiquent que les volontaires et l’esprit de volontarisme peuvent contribuer grandement à l’élimination des barrières entre l’expertise en matière d’égalité des genres et l’expertise en financement, ce qui ne peut que favoriser la création d’un monde où les systèmes financiers appuient l’égalité de tous.

Ce rapport a été réalisé par le programme IGNI+E de l’EUMC, qui est financé par le Programme de coopération volontaire d’Affaires mondiales Canada.

Par : Erin Bateman

Directrice, Programme de coopération volontaire

Favicon

Abonnez-vous à notre infolettre