roundtable

Une table ronde de haut niveau sur la réponse de la communauté postsecondaire à la crise des réfugiés syriens

Les chefs de file qui ont agi suite à la crise des réfugiés syriens, en lien avec l’éducation postsecondaire, se sont rassemblés cette semaine pour discuter du rôle de l’éducation supérieure dans les efforts de réinstallation et d’intégration en cours. Organisée par l’EUMC, cette table ronde de haut niveau a réuni des acteurs de divers secteurs afin de proposer des occasions d’accroitre la collaboration et de définir une réponse. Parmi les participants se trouvaient des recteurs, directeurs généraux, professeurs et étudiants d’universités, de collèges et de cégeps canadiens ; des représentants du HCR Canada, d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, et d’Affaires mondiales Canada ; des organisations sans but lucratif canadiennes qui travaillent sur les enjeux des réfugiés ; et d’autres leaders de la communauté postsecondaire du Canada.

Alors que le Canada réoriente son action vers un soutien durable aux 25 000 nouveaux arrivants syriens, la table ronde a offert une occasion de discuter du rôle majeur que l’éducation – en particulier l’éducation supérieure – pourra jouer en tant que moyen d’intégration, en plus du rôle qu’elle continuera à jouer dans les efforts futurs de réinstallation.

Au cours de l’événement, les participants ont soulevé certains des défis auxquels ils font face dans leur travail de soutien aux étudiants réfugiés. Ils ont également partagé de nouvelles recherches, des idées et des façons d’échanger sur les meilleures pratiques et d’identifier des solutions durables et évolutives. L’accent a été mis sur le besoin de mieux adapter les modèles de parrainage des étudiants réfugiés aux contextes des collèges et cégeps, afin de tirer parti de leurs ressources uniques et du rôle qu’ils jouent dans les communautés à travers le Canada, bien au-delà de l’enseignement et de la recherche.

Les discussions ont démontré comment le secteur peut mieux s’appuyer sur le Programme d’étudiants réfugiés (PÉR) de l’EUMC, notamment sur la façon d’élargir le programme et de l’exporter vers d’autres pays. L’événement a aussi mis de l’avant des programmes novateurs tels que le Programme d’appui au parrainage de réfugiés de la faculté de droit de l’Université d’Ottawa, qui offre un soutien juridique aux groupes de parrainage et qui a déjà été étendu à onze campus à travers le pays depuis sa création en septembre 2015. Les participants ont également partagé des initiatives pilotes qui permettent des occasions d’éducation supérieure dans les camps de réfugiés et par l’entremise de l’apprentissage à distance.

Aussi, l’événement a offert une occasion d’établir les priorités pour faire avancer le secteur. Les participants ont souligné le besoin d’assurer un soutien continu à l’ensemble des populations de réfugiés du monde, incluant les jeunes déplacés de l’Afrique subsaharienne et de l’Asie du Sud-est. Ils ont également reconnu le besoin d’accroître le soutien aux centaines d’étudiants et d’individus sur les campus canadiens, qui sont au cœur d’une grande partie de la réponse de la communauté postsecondaire canadienne.

Favicon

Abonnez-vous à notre infolettre